Dix-huit mois de prison pour six grammes de stupéfiants, à Châlons-en-Champagne

Catégorie :

Téléchargez notre article au format pdf

LOGO UNLien vers article de l'Union

Au tribunal de Châlons, mardi 2 avril, en comparution immédiate, Lounis Lhocini a été condamné à de la détention. Les faits étaient survenus ce samedi 30 mars.

À Châlons-en-Champagne samedi 30 mars après-midi, en plein week-end de Pâques, Lounis Lhocini, 26 ans, descend la rue de la Marne à bord de sa 206 blanche avec un camarade à ses côtés en tant que passager. Au niveau du numéro 35, il se fait arrêter par la police. Sa vitre est grand ouverte. À l’intérieur, une forte odeur de cannabis se dégage. Le conducteur fait disparaître promptement un pochon dans son caleçon. La police lui demande de sortir du véhicule. Elle procède à une palpation et trouve le sachet. Il contient 1,3 gramme de cocaïne et 5,3 grammes d’héroïne.

L’avocat de Lounis Lhocini regrette que l’enquête n’ait pas été plus approfondieLe Châlonnais termine au poste, en garde à vue. Il était présenté au tribunal de Châlons ce mardi 2 avril, à l’issue du week-end. Son ami est laissé libre. Lounis Lhocini a plaidé que l’héroïne était pour sa consommation personnelle, qu’il avait commencé à en prendre en prison et que depuis sa sortie en juin il n‘avait pas décroché. Il a nié le trafic, les SMS reçus par les clients pour se fournir en « pruneaux » et les autres demandes d’approvisionnement par messages.

À Châlons-en-Champagne samedi 30 mars après-midi, en plein week-end de Pâques, Lounis Lhocini, 26 ans, descend la rue de la Marne à bord de sa 206 blanche avec un camarade à ses côtés en tant que passager. Au niveau du numéro 35, il se fait arrêter par la police. Sa vitre est grand ouverte. À l’intérieur, une forte odeur de cannabis se dégage. Le conducteur fait disparaître promptement un pochon dans son caleçon. La police lui demande de sortir du véhicule. Elle procède à une palpation et trouve le sachet. Il contient 1,3 gramme de cocaïne et 5,3 grammes d’héroïne.

L’avocat de Lounis Lhocini regrette que l’enquête n’ait pas été plus approfondie

Le Châlonnais termine au poste, en garde à vue. Il était présenté au tribunal de Châlons ce mardi 2 avril, à l’issue du week-end. Son ami est laissé libre. Lounis Lhocini a plaidé que l’héroïne était pour sa consommation personnelle, qu’il avait commencé à en prendre en prison et que depuis sa sortie en juin il n‘avait pas décroché. Il a nié le trafic, les SMS reçus par les clients pour se fournir en « pruneaux » et les autres demandes d’approvisionnement par messages.

À propos des 750 euros retrouvés dans sa sacoche, Lounis Lhocini a expliqué qu’ils provenaient de sa maman, qui les lui aurait reversés après que leur assurance les a indemnisés à la suite d’un cambriolage de leur domicile. L’individu vit chez sa mère. La 206 à bord de laquelle il a été retrouvé est également celle de sa maman. Son avocat, Maître De La Roche, du barreau de Reims, a regretté que l’enquête n’ait pas été plus poussée : « On n’a pas de facture détaillée, on a interrogé trois personnes seulement. Et franchement, on n’est pas ici dans le procès du Uber shit », a souligné l’homme de loi.

Le vingtenaire était en récidive légale pour détention de stupéfiants . Son casier judiciaire comporte treize mentions pour violences, menaces, usages de stupéfiants, évasion de garde à vue et conduite sans permis. Le tribunal l’a condamné à dix-huit mois de prison ferme avec maintien en détention.

ARTHUR DE LA ROCHE / Avocat : EN SAVOIR +